Pistolet de vénerie

En cours de transfert : Pistolet de vénerie 20 broche (4).JPG… En cours de transfert : Pistolet de vénerie 20 broche (5).JPG…
Ce pistolet de vénerie est de calibre 20 à broche (bien sûr) le canon est octogonal en damas rubans, sur le canon on trouve la mention d’un armurier s’appelant Gaillet et résidant à Viels Maisons commune Française du département de l’Aisne. J’ai trouvé trace de l’armurier sur l’Etat civil de cette commune mais aucun autre renseignement. La crosse comporte un réceptacle à amorces inutile sur une arme à broche mais justifié peut-être par l’utilisation d’une crosse destinée initialement à une arme à percussion. Le devant comporte dans sa partie inférieure le chiffre 1 ce qui laisse supposer un n°2. Il n’y a pas d’autre marquage.
Je suis preneur de tout renseignement.
Meilleurs sentiments.
CLAM02

Gaillet à Viels Maisons, cela me parle et une personne m’a déjà posé la même question, vaudrais que je retrouve mes réponses …

Les armuriers au 18ème et 19ème siecle était très nombreux et pas toujours répertorié. J’ai le cas avec une facture de la maison Gevelot de 1872 .

http://s144812367.onlinehome.fr/jules-gevelot

Il expédie 60.000 amorces à un certain Foret frères à Chalon sur Saône … négociant en vin…

Je ne pense pas que c’était pour une consommation perso … les frères Foret devez être en plus armurier mais non répertorié dans les bouquins …

Ton Gaillet est peut être du même genre …

C’est cela aussi qui est excitant dans la collection, tout n’est pas figé, beaucoup reste à découvrir, énormément reste à élucider

Trouvé:
Le 9 juillet 1849 , Antoine Victor Gaillet , armurier dans la ville de Viels-Maisons déclare la naissance de sa petite fille, fille de sa fille …

Antoine Victor Gaillet, né le 7 février 1805 à Venderay ( mais il faut lire Vendrest) , il est Buraliste- Armurier , Rue St Martin en la ville de Viels-Maisons.
Il meurt le 1 avril 1855 dans cette même ville
En 1851 il figure ans le recensement de la ville en 1856 il n’y a plus personne.
La déclaration du décès est fait par ses deux gendre Mr Plu et Mr Bellinger , ce dernier étant Maréchal Ferrant .

Bonjour,
Merci, effectivement j’ai trouvé les mêmes renseignements, mais la piste s’arrête là. J’aurai bien aimé trouver un lien entre Casimir et le fabricant de cette arme selon le brevet n° 5138. Je pense que cette arme a été fabriquée postérieurement à janvier 1843 date à partir de laquelle le brevet du verrouillage en “T” tombe dans le domaine public, ce qui expliquerai l’absence de marquage.
Je poursuis également des recherches quant à l’éventuel premier propriétaire de l’arme qui pourrait être le châtelain de Viels-Maisons où Gaillet avait son commerce. Egalement l’arme porte le n° 1 ce qui laisse supposer qu’il peut y avoir un n°2 il s’agirait alors d’une paire de pistolets, ce qui semble possible.
Je poursuis me recherches et en cas de nouveauté, je ne manquerai pas d’en faire part dans le forum.
Bien Cordialement
CLAM02

2 Likes

J’ai un pistolet similaire qui lui est signé.
Il faut aussi savoir que Casimir Lefaucheux revient aux affaires au début de 1845 après avoir racheté son entreprise à Jubé.
A partir de cette date ses armes commenceront à être marqué avec un LF (pas tous)



En ce qui concerne Jubé c’est ici :

http://s144812367.onlinehome.fr/camille-jube-un-passage-dans-la-vie-de-casimir-lefaucheux

http://s144812367.onlinehome.fr/acte-de-vente-entre-camille-jube-et-casimir-lefaucheux-en-mars-1845